lundi 22 avril 2013

Pourquoi diable… ?

Est-il utile de vous rappeler la définition de l’innovation selon le Manuel d’Oslo ? « L’innovation, c’est une nouveauté au niveau de l’entreprise. Une innovation est la mise en œuvre d’un produit (bien ou service) ou d’un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l’entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures. »

Et d’où vient l’innovation ? Elle part d’une préoccupation, d’un « signal faible », d’un insupportable à transformer ou d’un rêve, d’un idéal à réaliser.

Mais innover ne s’improvise pas : c’est pour cette raison que travaillons en créativité -entre autres- avec les étudiants apprentis de 2ème année de l’école d’ingénieurs de Cherbourg : l’ESIX, en leur donnant des techniques et en leur insufflant l’énergie de la démarche créative.

Or, en Normandie et souvent ailleurs également, nous remarquons une fâcheuse tendance à ne présenter comme projets innovants que les seules innovations de produit, procédé ou méthode de commercialisation.

D’où notre « coup de gueule » du mois :

  • Pourquoi diable vouloir systĂ©matiquement cantonner l’innovation Ă  l’innovation technologique ? C’est dĂ©jĂ  enfermer l’innovation !

 

  • Et pourquoi diable prĂ©senter l’innovation « non-technologique » par une nĂ©gation ? C’est la considĂ©rer avec un apriori nĂ©gatif !

 

Chez come and become, nous plĂ©biscitons « l’innovation managĂ©riale » et « l’innovation relationnelle » !

Et vous ?