lundi 9 mai 2016

« On ne naĂ®t pas leader, on le devient »

« Il ne faut pas se méprendre : Le leadership n’est pas une technique ou une recette, mais une question de caractère. Et le caractère se développe grâce au travail sur les vertus. » affirme Alexandre Havard (fondateur du Havard Virtous Leadership Institute, auteur de « Le leadership vertueux » et formateur de leaders ayant à cœur la grandeur et l’épanouissement de la personnalité humaine) à Aymeric Pourbaix dans une interview in FC n°1999, mai 2016 dont voici quelques morceaux choisis.

« Il y a deux spécificités chez un leader : la magnanimité (le rêve transformé en action, le sens de la mission. La reconnaissance et la multiplication de ses talents). Et l’humilité (le service de l’autre).

Un leader est un serviteur magnanime. Il fait grandir les personnes bien plus qu’il ne les dirige. 

« Or il y a beaucoup plus de leaders qu’on ne croit, mais ils sont dans l’ombre. Beaucoup de mères de famille sont par exemple des leaders pour leurs enfants par ce qu’elles font ce que Michelin a fait avec ses employés : les faire grandir. Mais on ne parle pas d’elles… Et puis derrière de grands leaders, il y a souvent des femmes extraordinaires, dont on ne connaîtra jamais le nom. Or ce sont souvent des êtres vraiment magnanimes. Et d’une humilité confondante : elles ne font pas la une des journaux parce qu’elles n’ont pas découvert le pneumatique, ou n’ont pas été dans un camp de concentration, ou n’ont pas écrit de livre.

« Le monde moderne a encore plus besoin de formation que d’information. Les jeunes veulent grandir et non pas seulement savoir. Il s’agit d’éduquer (du latin educare, educere) : faire sortir d’une Personne ce qu’il y a en elle de meilleur. »

Pour en savoir plus, lisez :

Le leadership vertueux